Attitude de la population du district Chatoura à líégard des élections du chef de district

Client : Etude sociologique proactive 
 
Prestataire : Agentstvo Sotsialnykh Issledovaniï Stolitsa (ASIS)
 
Problème :
Dans le cadre de l’étude de la situation électorale dans les régions de Russie, nous avons procédé à une enquête représentative de la population parmi les habitants du district de Chatoura, région de Moscou. Les répondants avaient été sélectionnés selon la méthode des quotas par sexe, âge, éducation et district administratif. Le district de Chatoura est un exemple classique d’une zone éloignée de Moscou vraiment représentative de tous les processus sociaux et politiques typiques de telles entités territoriales.
 
Solution :
En plus de déterminer l’attitude de la population du district de Chatoura à l’égard des élections du chef de district, les spécialistes de l’ASIS avaient à répondre d’autres questions : déterminer les caractéristiques sociodémographiques des électeurs, leurs priorités et préoccupations, préférences politiques, etc. Finalement, la liste des principaux objectifs a été formulée comme suit :
- Evaluer les activités des autorités locales ;
- Evaluer le niveau de connaissances du public au sujet des prochaines élections ;
- Evaluer le niveau de soutien des candidats et faire un pronostic électoral ;
- Déterminer les motifs de vote pour tel ou tel candidat.
 
Résultats :
Selon une analyse comparative des résultats de l’étude, une partie importante de la population (plus de 20 %) est faiblement incluse dans la vie sociale de son territoire de résidence et peu intéressée par les processus politiques en cours. Une telle situation est caractéristique d’un certain nombre de territoires de la région dont une grande partie de la population travaille à Moscou.
L’enquête a permis d’identifier pour chaque candidat le groupe des plus fidèles et celui des plus contestataires. Un aspect important est de définir le groupe des indécis qui représente le public cible principal de toute campagne électorale. Dans ce cas, il s’agissait de la génération des aînés ou des personnes âgés de 55 ans et plus.
Le taux de participation estimé entre 60 et 70 % des électeurs a finalement concordé avec les chiffres réels.